Copyright © 2010 Site officiel de Jacques Cassabois. Tous droits réservés

Site créé par Judith DELVINCOURT et administré par Martine POGNANT

 Contact  - Plan du site

Maj le 05/08/2017

Contes traditionnels de Scandinavie contes_de_scandinavie2.jpg

Editions Milan, 2004

Couverture de Anne Romby

Illustrations de Philippe Mignon

Extrait

Père de dix-huit enfants dans le monde des elfes

 Conte d'Islande

Pour agrandir le lecteur, cliquez ici

Extrait

Une omission qui fâche !

 n garçon hérisson, une femme phoque, des lièvres qui parlent... on croise de drôles de créatures dans ces contes de Scandinavie. Entre les fjords et les forêts, à l'assaut des mers glacées, ce ne sont que farces, tromperies, épopées, amours tumultueuses, combats des dieux, conquêtes et aventures. Des trolls, des marins, des paysans, des elfes, des princesses.ou des marchands... tout ce petit monde se démène, bon an mal an, évitant les embûches, affrontant les coups durs. Au gré des courants, au hasard des chemins, rusés ou courageux, ils finissent parfois par tirer leur épingle du jeu !

i, si, je vous assure ! Même si la couverture n’en souffle mot, je suis bien l’auteur de ce livre. C’est en le recevant que j’ai découvert que mon nom était passé à la trappe. Pas complètement à la trappe, notez, car il figure à l’intérieur, en page de titre. N’importe, cette manière d’occulter l’auteur est détestable.


Mais non, ce n’est pas une question d’orgueil ou de vanité ! Signer son œuvre est la première honnêteté d’un auteur. Sa responsabilité aussi. C’est une façon d’affirmer que l’on revendique tout ce qui est écrit. Une signature, c’est net et sans bavures ! Et aucune considération de maquette ou d’esthétique ne devrait venir polluer cette exigence élémentaire.


Ceci dit, j’ai adoré écrire ce recueil de contes de Scandinavie. C’était l’occasion pour moi de travailler le monde du nord, ses mythes, ses croyances. J’aime le froid. Je le préfère au chaud. Des quatre pays qui composent la Scandinavie, l’Islande m’a particulièrement attiré, à cause de la brièveté de ses contes, avares de détails, à la saveur rustique, empreints d’une âpreté qui leur donne un cachet unique. On y sent la rudesse des conditions de vie, peu propices à l’épanchement, qui pousse à l’économie, à la sobriété. Une découverte. À tel point que, moi qui déteste sortir de mon bureau, j’ai décidé d’y aller voir de plus près avec ma femme. Et je vous assure que je n’ai pas été déçu du voyage. J’y ai retrouvé cette poésie inéluctable et désespérée qui m’avait subjugué quand j’écrivais ces contes, car aujourd’hui encore, il existe une osmose parfaite entre ce pays, ses habitants et leur littérature.