Copyright © 2010 Site officiel de Jacques Cassabois. Tous droits réservés

Site créé par Judith DELVINCOURT et administré par Martine POGNANT

 Contact  - Plan du site

Maj le 21/08/2019

JNPLT couv Définitive.jpg

Évariste Galois. Évariste...


Un jeune homme qui a bouleversé la manière de concevoir les mathématiques. Presque un gamin ! On mettra des décennies à comprendre son œuvre, tant sa pensée était hors d’atteinte des mathématiciens, ses contemporains.


Son drame ? Être génie, oui, génie ! Il faut prononcer ce mot terrible qui créé plus de désespérance que de reconnaissance, même si aujourd’hui les génies autoproclamés courent les rues en suscitant des extases éphémères. Le génie, le vrai, crée le vide autour de ceux qui le portent, les accule à la solitude, à l’incompréhension, à la dissidence...


Évariste a été un génie de cette trempe, je le sais.

Je me suis approché de lui en silence, le cœur battant, comme on s’approche d’un animal farouche.

J’ai écouté tonitruer sa révolte, battre son insolence, parfois agacé de voir sa causticité gaspiller ses qualités, parfois saisi d’émotion au point de vouloir le serrer dans mes bras pour l’assurer qu’il est aimé.


Peine perdue. Ces êtres-là ne s’apprivoisent pas. Il faut se résoudre à les regarder à distance, gesticuler en dédaignant les réprobations ou effondrés d’amertume, sans espoir de les raisonner, de les consoler.

Ils sont inaccessibles.


Fils du Destin, ils ont mission de perturber, de  bouleverser. En langage humain, on les dira maudits. Les dieux leur ont taillé un costume à leur mesure et ils rient en les voyant au loin traverser l’horizon et enflammer l’avenir.


Évariste, provocateur irrépressible avec l’Académie, avec les siens. Militant républicain, opposé à Louis Philippe, aux côtés de Blanqui, de Raspail, protestant par les rues pour la libération des opprimés de Belgique, de Pologne, d’Italie. C’est ainsi qu’il parcourt sa vie, tonitruant. Recherché par la police, ses supplétifs, les assommeurs, veulent lui faire la peau. Il est deux fois arrêté, jugé, deux fois incarcéré, prison politique, où il poursuit néanmoins ses recherches.


Il meurt à 20 ans, écœuré, « désenchanté de tout, même de l’amour de la gloire » écrit-il * — ce qui pour lui n’est pas rien —, dans un duel imbécile provoqué par un conflit amoureux. Ridicule combat de coqs !


Par bonheur, Évariste était flanqué de deux anges gardiens : son meilleur ami, Auguste Chevalier, disciple de Saint-Simon, et son jeune frère, Alfred, de trois ans son cadet. Grâce à leurs efforts, son œuvre commencera peu à peu à émerger, publiée en partie, diffusée, lue, avant de rayonner, de sidérer.


J’ai raconté cette vie.


* à Auguste Chevalier, dans son avant-dernière lettre, le 25 mai 1832.

Extrait du chapitre 1 :

Extrait du chapitre 2 :

Editions Hachette Collection H Lab

Couverture Nicolas Carmine

Je n’ai pas le temps, le roman tumultueux d’évariste Galois

Évariste Galois. Son drame ? Être génie…

Naissance d’un géant

Acheter le livre