Copyright © 2010 Site officiel de Jacques Cassabois. Tous droits réservés

Site créé par Judith DELVINCOURT et administré par Martine POGNANT

 Contact  - Plan du site

Maj le 05/08/2017

Antigone 256 antigone.jpg

Livre de poche jeunesse, 2009

Extrait

Acheter le livre

 ui, je sais, le texte ne livre aucun indice qui permette de comprendre et je ne me voyais pas expliquer dans un avertissement au lecteur, le sens de ce titre qui a étonné - peut-être irrité - certains d’entre vous.


C’est très simple. Je cherchais comment intituler mon livre. C’est toujours un casse-tête pour moi qui récris des textes du patrimoine. Comment faire allusion au texte original, en ajoutant ce petit rien qui ajoute ma couleur particulière.


Je pensais à l’Amphitryon 38 de Jean Giraudoux, mais je ne n’avais aucune idée du rang de ma version. Georges Steiner, dont le livre Les Antigones m’a beaucoup aidé, dénombrait à l’époque où il l’écrivait (publié en 1984 à Oxford et en 1986 à Paris) plus de deux cents versions de l’œuvre de Sophocle. J’étais donc, en 2006, au moment où je l’écrivais, largement au-delà, mais sans savoir où exactement. Et il n’était pas question d’affirmer une position au hasard.


C’est alors qu’un vieux souvenir s’est campé devant moi. Un souvenir au goût complexe, composé de plus d’amertume que de douceur : celui de mes années à l’internat du lycée Rouget-de-Lisle, à Lons-le-Saunier. Et ce souvenir me servait un nombre sur un plateau. 256, mon numéro de pension, que ma mère, comme toutes les mères de pensionnaires, avait cousu dans mes vêtements.


256. Ce numéro, c’était moi, avec mes pleurs d’enfant et mes chahuts d’adolescent, mes stratagèmes pour donner le change, endosser des personnalités où je flottais comme dans des vêtements trop amples, mes espoirs fiévreux et l’implacable réalité qui me ramenait à la modestie de mes apprentissages.


Voilà ce que 256 me murmurait. Mais comment avoir l’impudeur de le laisser parler ? C’est pourquoi j’ai préféré me taire pour ne pas me faire remarquer. Un vieux réflexe de pensionnaire, sans cesse tenu au silence et surveillé. L’ombre du surveillant général planait encore sur moi. Sauf qu’en l’occurrence, ne rien dire était le meilleur moyen de ne pas passer inaperçu.

antigone256.jpg

Editions Hachette, collection

Black Moon, 2007

Extrait

256 ? Pourquoi 256 ?

Dossier pédagogique